Evidence

Evidence

Confiancieusement ....

 
 
 

« Passer d’une incompréhension triste, à une incompréhension joyeuse … »


Yvan Amar


***



Et quel est ton pouvoir, poète, après tout,
Après tout dans ce monde peuplé de graves fous,
Les urgences sont larges, les préoccupations
Nombreuses et en tous sens pour diverses passions.

Les chiffres ont plus la côte, poète, t’es marron,
Avec tes quelques lettres, et tes quelques chansons,
Puisqu’ils ont inventés les machines à rêver,
Et ce monde ainsi fait qu’ils se croient arrivés.

Gigantesque théâtre en plein cœur des étoiles,
Un petit pet discret dans le coin de la toile,
Tu vas parler d’amour poète, mais tu es fou !
Va plutôt travailler pour gagner quelques sous.

Poète tu vois quoi ? Que faut-il regarder,
Les mots d’un coup de vent s’en aller,
Les poèmes perdus, comme des mandalas
Lus et partis au vent et c’est tout et voila.

Les mots de désespoir, les mots de grands espoirs,
Confidences avouées d’amour dans le brouillard
Les mots de cris sublimes, les mots d’humour du jour,
Envolés disparus pas vraiment pas toujours.

Saluts poètes, aux masques de pseudos
Quelquefois bien lugubres, d’autres fois rigolos,
Frères inassouvis dans leur soif d’absolu,
La poésie existe parce qu’on l’a bien voulu.

Et prétendre connaître, et connaître vraiment,
Selon la prétention, selon les jugements,
Les projections d’idées, les sens imaginés,
Comme toujours tu sais des romans paginés.

Tu vas vers où, poète, dans un mur de béton,
Ou vers ces grands espaces qui existent pour de bon,
Déposer quelques mots dans des milliards de mots,
Un accord de musique, un désert, un chameau.

Allez poète ris, de ton statut fragile,
Tes mots sont fait de rêves, ils sont comme l’argile,
Au bord d’une rivière ou flotte l’infini
En plein jour et en pleine nuit.

Nous discutions longtemps, on se taisait aussi,
Pour parler d’autre chose, quand nous étions assis,
Face à face, sourire à sourire,
Et les secrets précieux qu’un regard peut fournir.


Et quel est ton pouvoir, poète, après tout,
Après tout dans ce monde peuplé de graves fous,
Les urgences sont larges, les préoccupations
Nombreuses et en tous sens pour diverses passions.





Michel Liotard


(Les messages ….)

*


* Illustration : Béatrice Grandjean

Matière : Terre cuite
Dimensions : 14 x 14 x 31 cm
http://www.sculpteurs.org/snsp/fr/annuaires/artiste.php?artiste=grandjean_beatrice


***

Clic:
http://fr.youtube.com/watch?v=UtW6tcgot0M




16/05/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 18 autres membres