Evidence

Evidence

Dieux du ciel ....

 

 

 

Neptune et Zeus d'un coup, d'une sombre colère, ont investi les cieux et flots de courroux,
Leurs barbes étaient saillantes, leurs orbites profondes, jaillissait noir et froid le regard,
L'index pointé méchant dirigé sûr, le geste péremptoire, bave autour du trou,
De leurs bouches béantes pour vomir l'invective dure sans plus aucun hasard.

Ce fut donc immédiat, sur la terre petite, d'un coup le temps et l'espace,
Prirent des proportions sauvages et tumultueuses, la pluie violente,
S'abattit sans faillir sur la plaine et les villes et toutes places,
Furent submergées oui rapidement, trombes d'eau, plaies insolentes.

Le vent, tel un démon fou, soulevait les maisons les jetait loin,
Pulvérisées, la foudre crevait le ciel de fulgurances,
Grondements sourds, fatals, craquements sinistres à ce point,
Cauchemar romanesque à souhait et outrance.

L'écume de la mer se levait en colonnes,
Tornades sans pitié, d'une force inouïe,
Il n'y avait plus rien ni plus personne,
Que destruction, traces de vie enfuies.

Arbres déracinés, pliés, cassés,
Et froide impression de mort,
Les espérances brisées,
Sombre pénible sort.

Neptune furieux,
Zeus courroucé,
Dieux des cieux,
Fâchés.

Aïe !

 

 



03/02/2008
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres